Le roman se présente comme un carnet de voyage écrit à la première personne. Il retrace la découverte des citées d'or par Cortès, et la rencontre de ces indiens cannibales et de la soif de l'or.

Roman complétement fou qui rend tangible la folie des hommes et de l'impossible partage des cultures. Conquérir c'est détruire.

L'histoire s'articule autour de deux personnages féminins.

La première protagoniste est une femme à la dérive. Elle s'est séparée de son conjoint, perd son emploi, vie chez une amie et sombre dans l'alcool. Mais tous les jours pour se donner bonne figure et occuper son temps elle prend le train en direction de Londres, et tous les jours elle passe devant l'arrière de son ancienne maison. Mais voilà, qu'un jour elle se fascine pour une maison quelques habitations plus haut, de là, elle se met à fantasmer la vie d'un couple qu'elle peut apercevoir du train.

Un matin, dans un bar, elle découvre dans le journal la photo de la femme qu'elle aperçoit du train, celle-ci a disparu, elle va donc mener l'enquête.

Roman autobiographique.

Comment des vies minuscules peuvent-elles devenir extraordinaire? Tout simplement grâce à l’œil et à la plume de Pierre Michon.

8 moments de vies sont présentés, 8 personnes qui ont marquées la vie de l'auteur.

On suit l'histoire d'un gynécologue qui est présent dans un orphelinat. Il aide des femmes isolées à mettre au monde leur enfant, puis récupère ces enfants afin qu'ils soient adoptés (ça, c'est la part de Dieu). Mais notre gynécologue pratique également l'avortement afin d'aider ces femmes en détresse (ça, c'est la part du Diable). Parallèlement, notre protagoniste décide d'adopter un enfant qui, malgré de nombreuses tentatives de placement ne trouve pas de familles. Débute alors un lien de filiation entre nos deux personnages.

Maternité, Abandon, Filiation, Avortement sont les thèmes de ce roman.

L'histoire se déroule lors de la première guerre mondiale. On suit deux poilus: Albert et Edouard et du lieutenant Pradelle.

Alors que l’Armistice est sur le point d'être signée, Pradelle décide pour gagner des galons et ainsi obtenir une pension plus importante de déclencher un dernier assaut pour conquérir la petite colline. Albert devient témoin de la tromperie de Pradelle, lorsqu'il arrive près des deux soldats prétendus tués par les ennemis. En effet ceux-ci ont reçu une balle dans le dos. Pradelle afin d'effacer Albert de la surface de la terre, lui envoie une mine. Heureusement Edouard le sauve mais c'est lui qui se retrouve défiguré...

Édouard et Albert décident de se venger non seulement de Pradelle, mais également contre la machine de Guerre et le business qui en découle.

Pradelle afin de générer de l'argent se fait constructeur de cerceuil (mais seulement d'1m50 de dimension pour générer plus d'argent, il faudra donc briser les os des cadavres pour les faire rentrer dans la boite).

Édouard et Albert pour s'en sortir financièrement montent une arnaque aux monuments aux morts.